Santé au travail

Les obligations des employeurs en matière de santé au travail

Tout employeur est tenu de prendre des mesures pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale de ses salariés ; à ce titre il doit veiller au respect des dispositions légales et réglementaires dont il est responsable pénalement (Art. L 4121-1 du Code du travail).

Pour connaître en détail vos obligations en matière de santé au travail, consultez le site du CMB (service interentreprises de santé au travail intervenant notamment dans les secteurs couverts par Audiens)

Le CMB a également rédigé plus d’une vingtaine de fiches réglementation consultables, voici pour exemple :

Fiche réglementation CMB
Visite médicale du travail 

         

Télécharger le PDF

Information et accompagnement de vos salariés

Audiens propose à vos salariés un accompagnement complet, médical, psychologique et social.

Ainsi, un programme de prévention peut être mis en place au sein de votre structure sous forme de conférences ou d’ateliers. Il porte sur des thèmes aussi divers que l’arrêt du tabac et les addictions, le diabète, le dépistage des troubles visuels, auditifs, la nutrition, le bien-être au travail, les troubles musculo-squelettiques ou encore le stress...

Pour plus d'informations sur l'accompagnement Audiens, contactez un conseiller au 0 173 173 264.

Fiche Actions de prévention santé

         

Télécharger le PDF

Fiche Actions de prévention bien-être

Télécharger le PDF

En savoir plus ...

Nous vous invitons à lire le témoignage du Docteur Markus, médecin du travail au CMB sur les risques professionnels des musiciens

« Les musiciens sont exposés à de nombreux risques professionnels. Je pense en premier lieu au risque auditif. 

Beaucoup de musiciens n’utilisent pas de protection auditive pour des raisons financières et/ou pratiques, d’autant que, assez souvent, les lieux où ils produisent sont peu ou pas adaptés sur le plan acoustique à leur art. Les atteintes musculaires (troubles musculo-squelettiques ou TMS) sont également très répandues. Cela s’explique par les postures contraignantes qu’ils adoptent en jouant. Je pense notamment au guitariste véritablement « replié » sur sa guitare, mais cela vaut aussi, bien sûr, pour tous les types d’instruments. 

De plus, ils ne disposent pas tous d’une équipe technique et sont donc souvent amenés à manutentionner et installer eux-mêmes leur matériel avant la prestation. Il y a aussi les troubles spécifiques à la pratique d’un instrument : les lésions oro-labiales ou dentaires chez les soufflants par exemple.

Enfin il y a tous les risques liés à l’intermittence proprement dit : travail de nuit, horaires décalés, alternance de périodes de travail intense et d’inactivité, précarité, syndrôme dépressif en cas de difficultés à trouver des contrats, fatigue voire burn-out en cas de charge de travail accrue, risques liés aux accidents de transport, gestion du contact avec le public, etc.
Les conséquences pour la santé et l’activité professionnelle sont souvent très handicapantes. Le risque auditif en est un bon exemple. Les atteintes auditives, irréversibles, peuvent aller de la gêne auditive (acouphènes, hyperacousie ou hypoacousie) à la surdité. Dans ce cas, il n’y a malheureusement pas grand-chose à faire hormis l’appareillage mais cela n’est pas vraiment compatible avec la pratique professionnelle. La surdité représente un vrai risque de désinsertion tant professionnelle que sociale.

Pour ce qui est des troubles musculo-squelettiques, le traitement médical, voire chirurgical nécessite un arrêt de travail généralement long et sans garantie de succès. Il faut parfois réapprendre à jouer, changer d’instrument, voire même d’activité professionnelle…

Pour éviter une rupture du parcours professionnel : il faut s’attacher à la prévention. Les musiciens, comme les grands sportifs, doivent impérativement prendre soin de leur santé et de leur corps afin de préserver leurs performances artistiques et donc leur carrière. En ce qui concerne l’audition, il est important qu’ils puissent bénéficier d’une surveillance audiométrique régulière, en particulier lors des visites médicales du travail. Le port de protections auditives individuelles adaptées (bouchons d’oreille thermo-moulés), voire l’usage de « ear monitors », doit devenir la règle. Le choix de lieux de représentation bénéficiant d’un traitement acoustique est également à favoriser quand cela est possible. Il existe également de nombreuses solutions techniques pour limiter le niveau sonore.

Pour prévenir les troubles musculo squelettiques, il est conseillé de se maintenir en bonne condition physique et d’être sensibilisé aux gestes et postures, notamment pour la manutention. Dans tous les cas, il ne faut surtout pas attendre pour consulter un spécialiste en cas de gêne ou de lésion afin d’éviter une aggravation. »

Dr Claude-David Markus, médecin du travail au CMB - Novembre 2013